"/>

Les différents style de leadership

Dec 2 / Gaëlle DAGNET

Qu'est-ce que le leadership ?

Le leadership représente la façon dont un individu occupant une position hiérarchique dans un groupe exerce son autorité sur les autres membres. À l’intérieur d’un groupe, le leader prend ainsi la plupart des initiatives et mène les autres membres.
En entreprise, on parle du “leadership du manager sur son équipe”, le leader a pour mission de mobiliser les équipes et les différentes ressources humaines autour d’objectifs de performance précis. Par ailleurs, le leadership est un anglicisme dérivé de leader, et que l’on pourrait traduire par “position de leader/de chef”. 
Le leadership se définit comme la capacité, pour le responsable de l'équipe, d'influencer des personnes de façon à ce qu'elles puissent exécuter des tâches sans contraintes, avec toute la motivation voulue pour atteindre des objectifs communs.
Le leadership est une attitude qui s'acquiert avec le temps et l'expérience. Le leader peut détenir une autorité soit :

- parce qu'il a la position hiérarchique ou le statut social supérieur à ses subordonnés. Il s'agit alors d'un leader de droit ;
- parce qu'il a des qualités personnelles qui lui confèrent un charisme ou des compétences. Il s'agit alors d'un leader de fait.

Selon Likert : « Plus la fidélité des membres vers le groupe est grande, plus grande est la motivation pour réaliser les buts du groupe, et plus grande est la probabilité que le groupe réalisera ses buts. »

Likert a déterminé quatre styles de leadership :

 - Le style autoritaire : le dirigeant fait peu confiance à ses subordonnés qui sont considérés uniquement comme des exécutants. Le manager dirige par la peur ou avec des récompenses si le travail lui convient.

- Le style paternaliste : un style de direction très autoritaire mais s'appuyant davantage sur les relations humaines car il est plus proche de ses salariés ; le dirigeant accorde une confiance mesurée à ses subordonnés.

- Le style consultatif : un style de direction s'appuyant sur une bonne communication interne ascendante ou descendante ; le dirigeant prend des décisions après consultation des membres de l'organisation. Il cherche l'adhésion des salariés aux valeurs et aux objectifs.

- Le style participatif : un style de direction consensuel centré sur le groupe ; les membres de l'organisation ou ses représentants participent aux prises de décision. La relation de confiance est très forte.
En dehors de Likert, le chercheur en sciences sociales Daniel Goleman dans son fameux article « leadership that gets results » (le leadership qui donne des résultats) a tenté lui aussi d’identifier les différents styles de leadership. Pour cela, il a mené une étude auprès de presque 4000 cadres Américains.Il a alors identifié six styles de leadership différents et mesuré leur impact sur le climat de l’équipe du leader selon six critères (flexibilité, responsabilité, standards, récompenses, clarté, engagement) afin de déterminer les plus efficaces et les moins efficaces. Ces différents styles de leadership vont avoir une influence plus ou moins forte sur les collaborateurs d'une organisation qui, selon leur position hiérarchique et leur personnalité, auront la capacité de décider différemment ou à l'identique.

Ces six styles de leadership sont les suivants :


Le leadership visionnaire : Un leader visionnaire propose une vision d’un futur meilleur ou d’un grand projet qu’il cherche à mettre en œuvre, et demande aux autres de l’accompagner dans cette mission. Il adopte une vision à long terme et a une vision globale et macroscopique des choses et pour lui, c'est cette vision qui dirige les actions qui doivent être mises en place. Il analyse tout ce qui se passe au sein de son service ou de son entreprise sous le prisme de la vision. Il sait comment donner du sens, mobiliser son équipe et favoriser l'engagement de cette dernière. Quand il évoque les tâches à réaliser, il montre en quoi celles-ci contribuent au projet. Lorsqu’il fait un retour, ou une évaluation, il explique à son collaborateur en quoi ses actions et son comportement contribuent ou non à accomplir la vision. Par son charisme, il représente une source de motivation et d'inspiration pour ses collaborateurs. Le leader visionnaire peut, par ailleurs, laisser beaucoup de liberté d’innover, tant que celle-ci va dans le sens du projet. Le leadership visionnaire est le style de leadership identifié comme le plus efficace. Il est, cependant, important de noter que le leadership visionnaire fonctionne très peu en temps de crise lorsqu'il est nécessaire d'agir vite et d'être très directif.

Avantages et inconvénients : Les équipes sont motivés et savent ce que l'on attends d'eux mais leurs idées peuvent ne pas être prise en compte si, selon le leader, elles ne collent pas à la vision de ce dernier. Par ailleurs, la vision peut ne jamais se concrétiser en fonction de la personnalité de ce dernier. 


Le leadership bienveillant : Un leader bienveillant cherche à créer de l’harmonie et des relations saines et positives au sein de son équipe. Son approche est simple : « Si je rends mes collaborateurs heureux, j’obtiendrai en échange performance et fidélité ». Il accorde autant, voire plus d’importance au bien-être et aux émotions de ses collaborateurs qu’à la réalisation des tâches et à l’atteinte des objectifs. Le leader bienveillant se place dans une relation d’égalité avec ses collaborateurs. Il valorise la transparence et le partage d’idées. Il laisse aussi beaucoup de liberté : sous sa responsabilité, chacun travaille comme il lui plaît.
Il cherche avant tout à créer des émotions positives chez ses collaborateurs. Ainsi lorsqu’il fait un retour (feedback) sur le travail réalisé, il veille à l’accompagner de beaucoup de positivité et d’encouragements. Créer un esprit de groupe et une communauté soudée est important à ses yeux. Il adoptera donc une position de « démineur » des conflits, et profitera de toutes les occasions pour rapprocher les membres de son équipe, en proposant des déjeuners ou en fêtant les anniversaires par exemple.

Avantages et inconvénients : Le leader bienveillant peut mettre en péril l'atteinte de ses objectifs dans le but de satisfaire son équipe. 


Le leadership participatif : Un leader participatif possède deux qualités sur lesquelles il base son leadership : son écoute et son ouverture d’esprit. Sous sa supervision, tout le monde a le droit de s’exprimer. Les idées s’échangent librement et la discussion est encouragée. Il cherche à développer une relation positive avec tous les membres de son équipe afin qu’ils se sentent libre de donner leur avis. Il encourage la créativité et aime recueillir des analyses différentes d’une même situation. Aussi, il valorise la collaboration et l’esprit d’équipe. Un leader participatif (ou démocratique) n’aime pas décider seul, car il pense qu’on décide mieux à plusieurs. Donc, il essaye de toujours impliquer au maximum ses collaborateurs dans les prises de décision. Dans la mesure du possible, il cherche à obtenir le consensus sur les décisions prises. Il sait que parfois c’est à lui de trancher, mais il tient à laisser une voix à tout le monde. On peut parler de leadership participatif dès lors que le leader demande et prend en compte les remarques de son équipe sur ses décisions. Mais ce n’est que le premier degré du leadership démocratique, le leader pouvant aller jusqu’à laisser son équipe décider sans le consulter. En fonction de la situation, de l’importance de la décision, de la complexité du problème, le leader démocratique choisira la bonne approche, mais dans tous les cas, il consultera son équipe.

Avantages et inconvénients : La créativité des équipes est encouragée et l'accent est mis sur la motivation de cette dernière, cependant elle ne se montre pas aussi productive que dans le cadre d'un leadership autoritaire (vous comprendrez pourquoi lorsque nous parlerons du leadership autoritaire)


Le leadership coach : Un leader coach ne voit pas seulement une personne, il voit aussi ce qu’elle peut devenir. Ainsi, il aide ses collaborateurs à se développer et à réaliser leur potentiel. En les faisant grandir, il rend l’équipe meilleure. Pour cela, il adopte une vision à moyen terme. Il guide ses collaborateurs dans l’identification de leurs forces et leurs axes d’amélioration, puis créé un plan de développement aligné avec leur projet professionnel, leurs aspirations, et leurs désirs. Méthodique, il se met d’accord avec eux sur les objectifs à atteindre, et détermine un plan d’actions concret pour y arriver. Puis il les accompagne en leur donnant les instructions et le « feedback » nécessaires. Il essaye de tirer chacun d’entre eux vers le haut en leur fixant des challenges et en leur déléguant des tâches intéressantes. Pour lui, l’échec n’est pas un problème, juste une étape vers une réussite future.

Avantages et inconvénients : Chaque membre peut développer ses compétences librement et cela créer un environnement de travail sain dans lequel les membres se sentent à l'aise et intégrés, cependant le le leadership coach demande beaucoup de temps, d'énergie et de patience (beaucoup plus que dans les autres types de leadership).


Le leadership chef de file : Ce type de leader dirige par l’exemple. Très exigeant envers lui-même, il place la barre extrêmement haut et se montre très efficace. Il veut toujours aller plus vite et faire mieux. Seul problème ? Il demande aux autres d’être aussi impliqué et performant que lui... Ce qui peut vite s’avérer problématique car il accompagne peu ses équipes et peut manquer de patience avec les moins performants.

Avantages et inconvénients : L'atteinte des objectifs se fait dans les temps et tous les membres de l'équipe ont un vrai rôle à jouer, cependant cela peut générer du stress au sein de cette dernière et créer une baisse de moral et de motivation car les délais doivent être respectés et que les feed-back se font très rare dans ce style de leadership. 


Le leadership autoritaire : Le leader autoritaire règne par la peur. Il ne demande pas, il ordonne. C’est le chef « à l’ancienne ». Il veut que ses consignes soient exécutées immédiatement, déteste se justifier, et la plupart du temps contrôle assidûment le travail réalisé. Les relations humaines ne l’intéressent pas, transmettre la vision non plus, ce qu’il veut c’est qu’on fasse ce qu’il dit sans discuter. On ne parle, d'ailleurs, plus de leadership mais de véritable contrôle sur son équipe. Attention, cela ne veut pas dire que le leader autoritaire soit méchant ou froid mais que, pour lui, étant le leader c'est son opinion qui doit primer.

Avantages et inconvénients : Les projets à délais courts sont respectés et cette autorité s'avère efficace en temps de crise ou lorsqu'il faut prendre des mesures décisives. Les autres membres peuvent être écoutés mais ils ne prendront pas part à la décision finale. Par ailleurs, les leaders autoritaires ont du mal à voir qu'un autre style de leadership puisse être efficace (c'est ce qu'ils ont toujours connus et cela reste le moyen le plus efficace d'atteindre des objectifs selon eux). Ils sont, de plus, perçus comme des personnes méchantes et "sans coeur" par les autres membres du groupe. 

Et vous, quel est le style de leadership qui vous correspond le mieux ?

Vous êtes-vous reconnu dans une de ces catégories ? Il est bon de noter qu'il est, tout à fait, possible de vous retrouver dans plusieurs de ces catégories et qu'il est important de ne pas vous coller une étiquette. Ces définitions servent de repères mais ne définisse pas un leader. 
Par ailleurs, l'auteur a établis une hiérarchie entre les styles de leadership mais c'est à chacun de juger le style de leadership le plus adapté à sa personnalité et à son groupe. 

Created with