"/>

Les 8 qualités d'un bon formateur

Nov 25 / Gaëlle DAGNET
Être formateur, c'est bien. Être un BON formateur, c'est mieux
Et pour être ce bon formateur, nous pensons qu'il faut posséder un certain nombre de qualités. Ce sont ces qualités que nous allons vous développer ci-dessous. Et croyez-nous, nous pouvons vous certifier qu'elles vous seront bien utiles !
Dans mes formations, je vous dis souvent que l’expertise ne suffit pas à faire de vous un bon formateur. On a tous déjà eu ce prof, cet enseignant ou ce formateur expert plus expert qui maîtrisait son sujet à la perfection et qui connaissait le moindre détail de ce dernier.. et qui, pourtant, était incapable de captiver notre attention ou ne serait-ce que de nous tenir éveillé ! Ou ce formateur hyper cultivé mais qui ne répondait jamais vraiment à nos questions ou alors il tentait de le faire mais répondait toujours à côté de la plaque.. (Sans blague, je suis la seule à avoir eu des formateurs comme ça ?) Enfin, tout ça pour dire, qu'être un bon formateur, c'est pas si simple que ça. Alors, c'est sûr, chacun a sa propre personnalité, et oui, la personnalité du formateur influence fortement la formation qu'il va donner. Je pense, malgré tout, qu'il existe un certain nombre de qualités qui peuvent être communes à tout les formateurs et qui peuvent être travaillées pour être un meilleur formateur. 


1 - Être pédagogue

"Sans blague, cela va de soi", me direz-vous ! En effet, mais il me semblait quand même important de le rappeler. Force est de constater que, malheureusement, tous les formateurs, enseignants ou professeurs ne sont pas toujours les meilleurs pédagogues (ça se saurait sinon). Soyons clair, être pédagogue, ce n'est pas si simple que ça et cela demande du travail et du temps. En tout cas, plus de travail et de temps que de simplement lire des slides à son groupe. 
La formation d'un véritable pédagogue se veut, avant tout, qualitative. Et, pour qu'une formation soit qualitative, il y a des choses à mettre en place. Le premier atout d'un pédagogue c'est d'être capable de discerner les besoins et les attentes de ses apprenants. Le deuxième atout est d'avoir un discours ainsi qu'un rythme de travail adaptés à son public. Vous le savez, une formation ayant le même objectif se déroulera différemment selon le public que vous avez en face de vous. Le plus de cette atout est de s'assurer que ce que vous émettez soit compréhensible par tout vos apprenants, et ce quel qu'il soit (donc quelque soit son mode d'apprentissage, son expérience, etc..) Pour cela, vous devez vous assurer qu’ils ont bien compris ce que vous disiez avec des méthodes telles que la reformulation ou encore l'écoute active. Pour finir, être pédagogue signifie adapter vos supports pédagogiques aux sujets traités et aux besoins de vos apprenants. 


2 - Être emphatique et bienveillant

Pour comprendre réellement de quoi nous parlons, voyons ensemble les deux définitions de ces mots. 
Empathie : "Capacité de s'identifier à autrui dans ce qu'il ressent" Dictionnaire LE ROBERT.
Bienveillance : "Disposition d'esprit inclinant à la compréhension, à l'indulgence envers autrui" Dictionnaire LAROUSSE.
Ce sont deux qualités qui, selon moi, vont de paire, c'est pourquoi j'ai choisi de les développer en même temps. Être emphatique vous aidera à être bienveillant envers les étudiants (et toute autre personne d'ailleurs). Posséder ces deux qualités vous aidera à donner le meilleur de vous-même lors de vos formations et vous aidera à prendre en compte les difficultés et les particularités de ces derniers. Et surtout, elles vous aideront à surmonter ces difficultés et ces particularités parce que vous ferez tout ce que vous pourrez pour faciliter leur apprentissage (sans pour autant leur mâcher le travail). Manquer d'empathie et de bienveillance peut s'avérer pénalisant pour ces derniers mais aussi pour vous car la relation enseignant/enseigné est entachée : elle devient froide et distante (et personne ne veut d'une relation comme celle-ci, et ce, dans l'apprentissage ou le travail tout comme dans la vie). Ces qualités vous rendent, donc, plus "humain" et plus accessible. Les étudiants se sentiront bien encadrés et n'hésiteront pas à venir vers vous en cas de problème. Et entre nous, posséder ces qualités doit être quelque chose de tout à fait normal en tant que formateur mais aussi en tant qu'humain, n'est-ce pas ? 


3 - Être patient

Cette chère et tendre patience sera l'un de vos meilleurs alliés pour être un bon formateur. On a tendance à penser que lorsque l'on forme des adultes tout va bien dans le meilleur des mondes mais si vous êtes formateur, vous savez que ce n'est pas le cas et que, certaines fois, notre patience est mise à rude épreuve.. Les bavardages (et oui, même adulte on peut être tenté de discuter avec son voisin pendant que le formateur explique quelque chose), les contradictions(oui, certains élèves pensent maîtriser votre sujet mieux que vous), les digressions ("ça me fait penser à tel sujet qui me fait penser à tel sujet qui me rappelle telle chose" et on finit par parler sociologie alors que nous étions là pour apprendre à coder) et bien d'autres choses sont des éléments qui peuvent influencer notre état. C'est exactement dans ses situations qu'il va falloir faire appel à cette chère et tendre patience au risque de se sentir frustré ou énervé (oui, ça peut arriver, nous sommes humains). La patience vous aidera, donc, à rester calme et maître de la situation. Être patient veut aussi dire que vous comprenez que chaque étudiant possède son propre rythme d'apprentissage et que certains ne comprendront pas dès la première explication. Vous allez, donc, devoir avoir la patience d'expliquer et de ré-expliquer si cela est nécessaire. Oui, il faut être capable de rester patient lorsque l'on est face à un public qui ne comprends rien. Vous savez, quand, des fois, à force de répéter quelque chose on finit par se dire "mais c'est pas possible, ils font exprès de pas comprendre ou quoi", c'est exactement dans ce genre de situation qu'il va falloir s'armer de patience !


4 - Être dynamique

Pour vous illustrer à quel point le dynamisme est important, j'ai choisis de vous raconter comment se sont passées mes années à la fac. Sachez qu'à la fac il y a plusieurs types de cours : les TD, les TP et les cours magistraux. Les TD ainsi que les TP sont obligatoires mais les cours magistraux, eux, ne le sont pas, du moins si vous n'êtes pas en reconversion professionnelle financée par le pôle emploi ou tout autre organisme de financement. Dans mon cas, ils n'étaient pas obligatoire. Bien que non obligatoire, ces cours étaient, malgré tout, très important. Après tout, l'obtention de mon diplôme dépendait de ces derniers.. mais bon ils restaient non obligatoire. Et.. à cause de cet aspect non obligatoire des choses, j'ai eu la bonne idée de créer mon propre emploi du temps. C'était très simple : je me rendais à tous les premiers cours et observait mon professeur et je décidais de ma venue ou non à son cours en fonction de son attitude. Si il arrivait à me captiver et maintenir mon attention par son dynamisme, je viendrais à ses cours, si il ne faisait que lire ses slides avec une voix monotone sans aucun dynamisme, je préférerais aller faire du shopping ou dormir chez moi en attendant de recevoir ses slides dans ma boite mail. Alors, je le conçois, ce n'est pas la bonne façon de faire mais je peux vous assurer que plus de la moitié de mes camarades de classe faisaient la même chose (bah oui, on était ensemble au McDo pendant les heures de cours). Ce résultat, qui, certes, n'est pas le bon est le fruit d'un manque de dynamisme de certains de mes anciens enseignants. J'avais l'impression qu'eux-mêmes ne croyaient pas vraiment à ce qu'ils disaient alors comment je pouvais y croire moi ? Donc, finalement, je m'ennuyais en cours et cela avait provoquer en moi un désintérêt total vis à vis du cours en question. Les conséquences du manque de dynamisme sont, donc, bien réelles et c'est tout l'inverse de ce que nous souhaitons lorsque nous dispensons une formation, n'est-ce pas ?
Au contraire, être dynamique vous aidera à rendre votre formation vivante et appréciée, et sera sûrement une source de motivation pour les apprenants. Personne ne reste insensible face à une personne dynamique qui croit en ce qu'elle fait. 


5 - Être expert dans son domaine

Cela semble logique n'est-ce pas ? Il est, malgré tout, important de le préciser. Aujourd'hui, tout le monde se pense expert de telle ou telle chose, on trouve des coachs partout et de plus en plus de formateurs (dit-elle alors qu'elle fait la même chose). Mais, de grâce, avant de vous lancer dans quelque chose, assurez-vous de maîtriser réellement votre sujet et d'être un véritable expert de votre domaine. La question que l'on peut se poser c'est "qu'est-ce qui fait de vous un expert", certains vous diront l'expérience, d'autres vous diront le diplôme. Personnellement, dans le domaine professionnelle, je répondrais les deux et dans le domaine privé l'expérience est amplement suffisante. Quoi qu'il en soit, lorsque vous dispensez une formation, soyez sûr de connaître véritablement votre sujet. Croyez-moi, il n'y a rien de pire que de ne pas savoir répondre à une question. Alors, je sais bien, on ne peut pas tout savoir, il y a des nouvelles pratiques régulièrement, de nouvelles méthodes, etc.. mais informez-vous continuellement pour, justement, être au courant de tout ce qui se passe dans votre domaine. Et oui, il est possible, qu'actuellement certaines questions puissent rester en suspens dans votre domaine mais il y a une différence entre maîtriser son sujet malgré encore quelques petites interrogations et se penser expert parce que l'on a lu un article dessus il y a une semaine. Vous l'aurez compris, assurez-vous de savoir de quoi vous parler avant de le faire. Il en va de votre crédibilité.


6 - Être disponible 

On le sait, être formateur, ce n'est pas venir donner son cours pendant 2 heures et repartir tout de suite après. Un bon formateur sait que les étudiants auront des questions et il sait qu'il doit prendre le temps de répondre à chacune d'entre elles pour le bon apprentissage de ces derniers. Pour signifier que vous êtes disponible en temps réel, il est important de traiter les demandes des étudiants le plus rapidement possible (attention, vous avez quand même une vie en dehors de la formation donc je ne vous dis pas de répondre aux mails à 2h du matin, simplement de traiter les demandes avec des délais raisonnables). Pour cela, vous pouvez choisir le moyen que vous préférez : oral, mail, chat, entretien téléphonique ou physique, etc.. La disponibilité peut aussi se manifester par les feed-back que vous ferez aux étudiants mais aussi par le suivi que vous allez mettre en place. 


7 - Être créatif

On peut se demander ce que la créativité peut venir faire dans les qualités d'un bon formateur, ce n'est pas de l'art ou quelque chose de similaire. Et bien, pour moi c'est une qualité que tout formateur doit posséder. Lorsque vous êtes créatif, vous pensez à de nouvelles techniques, de nouvelles stratégies, vous voulez mettre en place des nouveaux concepts et c'est exactement ce dont ont besoin les étudiants ! Ils ont besoin de casser la routine et pour cela, quoi de mieux qu'une nouvelle technique d'animation jamais réalisée auparavant ? Imaginez ce scénario : vous avez d'un côté un formateur qui fait tous les jours la même chose, qui utilise toujours le même powerpoint et les mêmes techniques d'animations séance après séance et d'un autre côté vous avez un formateur qui varie les techniques d'animations et les supports qu'il utilise, il propose de nouvelles choses aux étudiants et fait preuve de créativité. Avec quel formateur préfèreriez-vous être en formation ? Personnellement, je choisirai l'option 2.
C'est la créativité et le sens de l'imagination qui a été génératrice de nombreuses révolutions de ce siècle et des précédents. Et qui sait ? À force de créativité, vous serez peut-être le créateur d'une toute nouvelle méthode d'enseignement. 


8 - S'informer, se former et savoir se remettre en question

Oui, la dernière qualité est très longue et on dirait qu'il s'agit de trois qualités différentes.. mais pour moi, elles sont vraiment complémentaires, c'est pourquoi, j'ai décidé de les développer au même endroit. 
Premièrement, s'informer. Oui mais de quoi ? Tout ce qui se fait dans votre domaine, comme dit précédemment. Quelles sont les nouvelles techniques ? Quelles sont les nouvelles lois et réglementations ? Quelles alternatives existent-ils à telle chose ? Qu'est-ce qui se fait de nouveau ? Et pleins d'autres questions qu'il faut se poser pour être sûr d'être à la page dans son domaine parce que, vous le savez, nous vivons dans un monde où tout évolue très vite et où tout peut changer du jour au lendemain (vous avez dit COVID ? ). 
Deuxièmement, se former. Sur quoi ? Bah sur toutes les questions qu'on a pu se poser précédemment. On a pas pu voir qu'il existait telle nouvelle pratique mais on ne la connait pas, et bien, on s'y forme. On a vu que de nouvelles lois sont passées en ce qui concerne notre domaine d'expertise, et bien, nous les apprenons (histoire d'être sûr de continuer à travailler dans la légalité). Se former ne veut pas nécessairement dire retourner sur les bancs de l'école tous les deux mois mais, au moins, suivre quelques formations en ligne ou en présentiez de temps en temps pour enraciner ses connaissances et développer de nouvelles compétences pour être sûr qu'en plus d'être à la page, on la maîtrise plutôt bien. 
Troisièmement, se remettre en question. Certaines pratiques que vous aviez il y a quelques années ne sont peut-être plus d'actualités et il faut être capable de se dire que, même si pendant un temps ces dernières l'étaient, elles ne le sont plus aujourd'hui (c'est d'ailleurs pour cela qu'il va falloir aller se former). Savoir se remettre en question, c'est aussi accepter que peut-être l'erreur vient de soi et non de l'autre (de l'étudiant en l'occurence) et si, erreur il y a, se demander comment la corriger puis la corriger, bien sûr. Pour finir, savoir se remettre en question, c'est accepter les feed-back des étudiants, et ce, qu'ils soient positifs et négatifs dans un but d'amélioration. 
Created with